20/07/2017

Et le MR d'aujourd'hui, quid ?... (Mouvement Réformateur)

 

Twitter dd.jpg

Bonjour,

Ce que vous dites n’est pas faux. Mais ce n’est pas aussi simple.

Lorsque le Mouvement Réformateur a été fondé (septembre 2002), son Président, Monsieur Daniel Ducarme (1954/2010), avait à cœur de mettre en œuvre la conscientisation de la population (en elle compris la responsabilisation de l’électorat et sa participation aux décisions du monde politique/son engagement).

Cette conscientisation en passait inévitablement par la responsabilisation de chacun au cœur d’une société moderne, société dans laquelle chacun(e) construirait ou trouverait sa place d’acteur(trice) d’évolution, de citoyen(ne) engagé(e)), dans le respect des lois décidées et approuvées par tou(te)s (et non dictatoriales), de ses droits mais aussi de ses devoirs.

La conscientisation d’une société, c’est à l’opposé de son infantilisation, cette dernière étant souhaitée par des pouvoirs archaïques (latents voire refoulés) camouflant, pour l’apparence, des pulsions tyranniques. Ces pulsions visent à l’obéissance aveugle et soumise de la part de « classes ou groupes sociaux (qu’elles considèrent  comme) inférieur(e)s », obéissance et soumission envers la classe politique très certainement, mais également envers le patronat et les hiérarchies diversifiées chargées d’imposer la/les loi(s) (chef, petits chefs, sous-chefs…etc)

Ce qui se passe aujourd’hui au MR, c’est le choix de certains mandataires qui en tiennent les rênes directionnelles : je ne pense pas que ce projet  soit si éloigné que cela de ce qu’aurait voulu voir naître et perdurer Daniel Ducarme, même si les apparences, à travers les décisions du gouvernement fédéral actuel, ne parlent pas toujours en ce sens. Enfin..., j'espère ne pas me tromper.

Je profite de la présente réflexion pour rappeler à ces mandataires que le MR, Mouvement Réformateur et parti politique, ne leur appartient pas.

Le MR est, entre autre(s) fonctions, un outil, une opportunité d’évolution au sein d’une société qui a besoin de repères équitables, de sagesse politique et de raison. La société n'a pas besoin de doucereux dictateurs alliés à l’extrême droite flamande par opportunisme aveugle.

Le Mouvement Réformateur est et restera l’ouvrage de Daniel Ducarme à un moment donné de sa propre évolution.

C’est à cet ouvrage que je suis fidèle, et à travers lui, à son "Artisan des mots de la politique" :)
Vous en trouverez un exemplaire en ligne à cette adresse :

Le Manifeste des Réformateurs_2002

Ce que j’ai à dire à propos de mon chemin proche ou plus éloigné du Mouvement Réformateur, c’est le sujet d’un livre, non d’un message. Peut-être que j’aurai l’opportunité de faire éditer ce travail réflexif un jour. Si pas, ce n’est pas moi qui y perdrai. Je suis ce que la société belge a fait de moi, et pas seulement le résultat de ma seule volonté. Si j’ai été en prison pendant près de 50 ans (image du conventionnel imposé aux « petites gens » via toutes sortes de subterfuges légalisés ou banalisés), cette société n’a qu’à s’en prendre à elle-même. Moi je m’en fiche. Je suis heureuse et libre en pensée. Et j'ai survécu à l'injustice. C’est déjà bien.

Cordialement,
 
Claudine Lenoir,
(pour le compte @Fidelite_Action)
Ce jeudi 20 juillet 2017
___

À mon Artisan des mots de la politique. Juste et bienveillant, par delà les luttes honnêtes.
Daniel Ducarme---.jpg
Daniel Ducarme-2.jpg 

23/05/2017

Réactivation de ce blog

Je pense réactiver ce compte/blog pour une question pratique et des réflexions rapides (réactions succinctes à l'actualité politique belge voire française)

Par ailleurs, Proximus a annoncé qu'une destruction de tous les blogs inactifs était en cours.

Or, je tiens à mes archives.

Bel après-midi à vous qui passez par ici.

cl/fdr

Publié dans 5. Prises de notes | Lien permanent | Tags : claudine lenoir, fréderique de rimbaud |  Imprimer |